Sur le Web, ces 30 derniers jours

mardi 10 octobre 2017

  • A horse! A horse! My kingdom for a horse!
    Il était le roi des fantômes et un cavalier élégant. Mais il eut donné son royaume pour pouvoir remonter à cheval. Alors qui mieux que Shakespeare pour accompagner M. Rochefort dans sa dernière chevauchée. Richard III, lors de la bataille finale, alors que son cheval est tombé sous lui, hurle à la (...)

lundi 9 octobre 2017

  • Votre Député
    Monsieur M'Jid El Guerrab Député de la 9ème circonscription des Français établis hors de France Assemblée nationale 126 rue de l'université 75007 PARIS - Votre Député / Source : La France au Mali (https://ml.ambafrance.org)

  • Fermeture du Consulat général de France
    A l'exception de la section visa, tous les services du Consulat Général de France seront fermés au public le mardi 10 octobre 2017. Réouverture des services le Mercredi 11 octobre 2017 à partir de 07h30. - Le Consulat Général de France à Bamako / Source : La France au Mali (...)

vendredi 6 octobre 2017

  • Lancement de la nouvelle édition du concours Digital Africa
    Lancement de la nouvelle édition de Digital Africa, le concours d'innovations pour relever le défi de la transition numérique en Afrique - Appels à candidatures et concours / Appels d'offres / Source : La France au Mali (https://ml.ambafrance.org)

jeudi 5 octobre 2017

mercredi 4 octobre 2017

lundi 2 octobre 2017

  • Dieu est universel n'en déplaise à la littérature
    Si l'athéisme est une croyance, alors la calvitie est une coiffure me disait un chauve de ma connaissance. Vaste programme en tout cas que de tenter de définir ce qu'est l'athéisme aujourd'hui. Bien sûr, le dictionnaire est toujours là, qui nous indique qu'il s'agit d'une doctrine qui nie (...)

vendredi 29 septembre 2017

mercredi 27 septembre 2017

lundi 25 septembre 2017

  • Une histoire de bouses brothers
    Au mois de mai 2013, nous avions écrit un article titré : "Une vache de surprise attend la France". Il s'agissait, pour notre journaliste, de dénoncer l'implantation d'une ferme de 1000 vaches sur les communes de Drucat et de Bugny-Saint-Maclou dans la Somme. Depuis, l'usine à mamelles confinées (...)

jeudi 21 septembre 2017

  • Prix Numérique et transparence
    Le concours « Numérique et transparence » s'adresse aux acteurs de la société civile ou du secteur numérique issus de pays en développement. Il récompense des porteurs de projets ayant développé des solutions numériques innovantes pour accroître la transparence de l'action publique, l'ouverture des (...)

mardi 19 septembre 2017

  • Coeur de loup
    L'année 1989 est encore dans les mémoires de ceux qui l'on vécue. Il faut dire que la géopolitique nous a offert un tel festival de bouleversements cette année là... De la chute du mur de Berlin en passant par le retrait de l'armée soviétique de l'Afghanistan, la révolution roumaine, le massacre de la (...)

Agenda

<<

2017

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Météo Nioro-du-Sahel

samedi 10 juin

Insécurité alimentaire et malnutrition : les bons points du PLlAM à Nara et à Nioro du Sahel

samedi 1er octobre 2016

Avec un taux d’exécution global de 78,55 %, le Programme conjoint de Lutte contre l’Insécurité Alimentaire et la Malnutrition (PLIAM) peut se targuer désormais d’avoir servi à quelque chose dans ses zones d’intervention, les cercles de Nara et de Nioro du Sahel. Le programme, qui tire vers la fin de sa première phase, a enregistré au cours de celle-ci des acquis très encourageants. A titre d’exemple, sur 42 investissements structurants prévu, 37 ont été réalisés au 30 Juin 2016, pour un montant global de 1,952 milliard de FCFA. 11 747 mutualistes ont bénéficié de soins de santé à travers les centres conventionnés, 86 % des femmes enceintes ont effectué des Consultations Prénatales au cours de leur grossesse et le taux de guérison de malnutris aigus modérés par an pour les adhérents pris en charge au niveau des CSCOM a bien augmenté. 92 % des enfants de moins de 5 ans dorment désormais sous moustiquaire imprégnées. Autres résultats, l’appui à 76 Unions de Banques de céréales pour 9 900 membres, qui disposent d’une opportunité de ravitaillement pendant la soudure, 17 Banques d’Aliment Bétail qui ont augmenté et / ou disposent de fonds de développement, 600 ménages vulnérables qui ont amélioré leur capacité de résilience face aux chocs et 185 organisations de Producteurs qui ont eu accès aux services des Structures Techniques. Enfin, 103 ouvrages hydrauliques réalisés ou réhabilités ont permis de desservir 44 000 Bénéficiaires .... Yaya Samaké Source : 22 Septembre En savoir plus sur http://maliactu.net/mali-insecurite...

Nioro-du-Sahel : La vague de chaleur écrase la vie

samedi 21 mai 2016

Depuis deux mois, la population de Nioro-du-Sahel, comme celles d’autres parties du pays, vit dans une véritable chaudière. Selon des spécialistes, la température dépasse souvent les 50 degrés. Les effets de la canicule se font sentir partout. Au-delà de midi, impossible de rester plus de deux minutes dans une chambre. Dans les familles, les marchés, les gens passent toute la journée à se désaltérer avec de l’eau fraîche ou glacée. Aujourd’hui, le produit le plus demandé est la glace. Un morceau de glace peut se vendre jusqu’à 100 Fcfa dans la ville de Nioro-du-Sahel. Dans les autres localités du cercle, il faut débourser 300 Fcfa pour se procurer le même morceau de glace. Les activités tournent au ralenti à partir de 11 heures, chacun limitant au maximum ses déplacements. Les autorités scolaires, sachant que les enfants et les personnes âgées sont les plus vulnérables aux effets de la canicule, ont été obligées de réaménager les horaires des classes. Désormais les cours de l’après-midi commencent à 16 heures au lieu de 15 heures. La température caniculaire accentue évidemment la pression sur l’eau. Les femmes auxquelles la corvée d’eau revient sont obligées de se lever très tôt le matin. D’autres se déplacent de village en village avec des charrettes à la recherche du plus que précieux liquide. Partout, l’on s’agglutine autour des points d’eau. Les disputes sont fréquentes. Elles peuvent même aller jusqu’à l’affrontement physique. [1]http://malijet.com/actualte_dans_le... AMAP-Nioro du Sahel paru dans l’Essor

[1] en savoir plus

Diéma , et la lumière fut !

lundi 2 mai 2016

Posté le 02/05/2016

Ce jour était attendu depuis des années à Diéma. La ville qui était dans le noir depuis 5 ans, a de nouveau l’électricité. Depuis jeudi dernier, les rues de la ville sont bien éclairées.

La société nationale d’électricité EDM vient de prendre la relève de l’AMADER qui avait plié bagages en 2010. Elle fournira de façon permanente à 490 abonnés, une électricité produite par une centrale hybride fonctionnant sur du diesel et des panneaux solaires.

Une mission pluridisciplinaire d’EDM conduite par le directeur de la communication de la société, Tionan Mathieu Koné, s’est rendue à Diéma pour rencontrer les acteurs locaux et recenser les difficultés de démarrage des activités d’EDM dans la localité.

La mission a donné des explications sur plusieurs aspects des activités d’EDM, notamment les branchements, l’extension de réseau, l’économie d’énergie, la lutte contre la fraude de l’électricité et les bonnes pratiques pour la maîtrise de la consommation, la tarification, le mode d’acquisition du crédit, les caractéristiques du compteur prépayé « I SAGO ».

Les questions posées aux responsables d’EDM étaient relatives entre autres, à la souscription du contrat d’abonnement I SAGO, au rechargement de ce compteur prépayé, à l’extension du réseau à de nouveaux quartiers de Diéma, à la gestion des lampadaires, à la réparation ou au remplacement des anciens poteaux de l’AMADER.

Le préfet de Diéma, Baréma Diallo, a salué l’arrivée d’EDM qui permettra de donner un coup de fouet au développement économique et social, contribuant ainsi au bien-être de la population. Il a cependant souligné la faible couverture de la ville en électricité et demandé le raccordement rapide du nouveau centre de santé de référence au réseau électrique.

Le maire de la commune rurale de Diéma, Sadio Tounkara, a observé que l’électrification de la localité constitue une bouffée d’oxygène pour ses habitants qui ont vécu de nombreux désagréments dans leurs activités à cause du manque de courant. Il a invité les consommateurs à la prudence pour éviter les dégâts que pourraient provoquer les installations.

O. BA AMAP-Diéma Source : L’Essor